jeudi 13 juin 2013

La mort du roi Tsongor

La mort du roi Tsongor   

Laurent Gaudé

Synopsis
Dans une Antiquité imaginaire, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d’un empire immense, s’apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c’est Troie assiégée, c’est Thèbes livrée à la haine. Le monarque s’éteint; son plus jeune fils s’en va parcourir le continent pour édifier sept tombeaux à l’image de ce que fut le vénéré – et aussi le haïssable – roi Tsongor.
Roman des origines, récit épique et initiatique, le livre de Laurent Gaudé déploie dans une langue enivrante les étendards de la bravoure, la flamboyante beauté des héros, mais aussi l’insidieuse révélation, en eux, de la défaite. Car en chacun doit s’accomplir, de quelque manière, l’apprentissage de la honte.


Mon avis:

Je ne sais plus vraiment ce qui m'a poussé à acheter ce livre, probablement le succès et le prix Goncourt, mais aussi en lisant le résumé. J'avais déjà lu une nouvelle ("Je finirai à terre") de cet auteur, qui ne m'avait pas particulièrement marquée...

C'est une magnifique histoire que nous raconte Laurent Gaudé, on se croirait dans la Grèce antique avec des héros aux destinées exceptionnelles. Deux hommes entre en guerre pour épouser la belle Samilia, mais au fur et à mesure des mois, des années, il n'est plus vraiment question de qui s'emparera de la belle. Le Roi Tsongor, qui meurt assez rapidement au début du roman (comme le titre l'indique!) reste néanmoins très présent dans le récit. Son fils cadet va sillonner le Royaume pour maintenir la promesse faite au Roi. Les autres frères auront une autre destinée...

La lecture de ce roman fut très agréable, le texte est fluide, beau, presque poétique. On ne s'ennuie pas une seconde. J'ai adoré ce côté antique et fantastique, inspiré des grandes odyssées. J'ai un petit faible pour le personnage de Katabolongo, fidèle serviteur et ami du Roi, que j'ai trouvé très touchant. Je recommande vivement ce livre, qui reste très accessible à tous.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire